Commander

4

Français 3e

Brevet blanc

Didier Daeninckx, « Le Reflet »

Texte à l'étude

 

Toujours en train de gueuler, d’éructer, d’agonir ! Derrière son dos, ça fusait, les insultes. Le porc, l’ordure, le Führer… Impossible de tenir autrement. Les courbettes par-devant, les salamalecs, le miel, le cirage. Et l’antidote dès la porte franchie. Apprendre à sourire dans le vide en serrant les dents. Le pire, c’était les premiers temps, quand on arrivait à son service, alléché par le salaire de mille dollars nourri-logé… Il vous laissait approcher en vous regardant de ses yeux morts et vous plaquait les mains sur le visage, vérifiant l’ourlé des lèvres, l’épatement du nez, le grain de la peau, le crépu des cheveux. Au moindre doute le vieux se mettait à hurler de dégoût. « Enfants de pute, virez-moi ça, c’est un Noir ! » Le type y allait de sa protestation.

« Non, monsieur, je vous jure… »

Mais ça ne servait à rien. Il repartait plein d’amertume, un billet de cent dollars scotché sur la bouche, incapable de comprendre qu’il était tombé du bon côté et que l’horreur attendait les rescapés surpayés de la sélection.

L’aveugle habitait un château construit à flanc de colline, à quelques kilomètres de Westwood, et toute la communauté vivait en complète autarcie sur les terres environnantes, cultivant le blé, cuisant le pain, élevant le bétail. Le vieux ne s’autorisait qu’un luxe : l’opéra et les cantatrices blanches qu’il faisait venir chaque fin de semaine et qui braillaient toutes fenêtres ouvertes, affolant la basse-cour.

Il ne dormait pratiquement pas, comme si l’obscurité qui l’accompagnait depuis sa naissance lui épargnait la fatigue. Ses gens lui devaient vingt-quatre heures quotidiennes d’allégeance. Le toubib vivait en état d’urgence permanent et tenait grâce aux cocktails de Valium  et de Temesta  qu’il s’ingurgitait matin midi et soir. Le vieux prenait un malin plaisir à l’asticoter, contestant ses diagnostics, refusant ses potions. Ces persécutions n’empêchèrent pas le docteur d’avertir son patient de la découverte d’un nouveau traitement qui parvenait à rendre la vue à certaines catégories d’aveugles. Le vieux embaucha une douzaine d’enquêteurs aryens et leurs investigations établirent que le procédé en question ne devait rien aux Noirs.

On fit venir à grands frais la sommité et son bloc opératoire. Le vieux se coucha de bonne grâce sur le billard et s’endormit sous l’effet du Pentothal1 . Il se réveilla dans le noir absolu et demeura trois longs jours la tête bandée, ignorant si ses yeux voyaient ou non ses paupières.

Le chirurgien retira enfin les pansements. Le vieux ouvrit prudemment les yeux et poussa un cri terrible. Un Noir à l’air terrible lui faisait face. Il se tourna vers le chirurgien, terrorisé.

« Qu’est-ce que ça veut dire ! Foutez-le dehors… »

Le toubib, qui nettoyait les instruments, s’approcha doucement de lui, posa la main sur son épaule et l’obligea à regarder droit devant lui.

« Alors il faut que vous sortiez… Ce que vous avez devant vous s’appelle une glace, monsieur : ceci est votre reflet. »



1 Substance anesthésiante, qui est également un barbiturique utilisé comme «sérum de vérité» par la police, les services spéciaux ou les militaires.


Didier Daeninckx, « Le Reflet », in Main courante, 1994, Éditions Verdier

{"id":"17683","resType":"text","gutType":"271","title":"&laquo;&nbsp;Le Reflet&nbsp;&raquo;","datas":{"content":"<p class=\"brevet-brevet-extrait\">Toujours en train de gueuler, d&rsquo;&eacute;ructer, d&rsquo;agonir ! Derri&egrave;re son dos, &ccedil;a fusait, les insultes. Le porc, l&rsquo;ordure, le F&uuml;hrer&hellip; Impossible de tenir autrement. Les courbettes par-devant, les salamalecs, le miel, le cirage. Et l&rsquo;antidote d&egrave;s la porte franchie. Apprendre &agrave; sourire dans le vide en serrant les dents. Le pire, c&rsquo;&eacute;tait les premiers temps, quand on arrivait &agrave; son service, all&eacute;ch&eacute; par le salaire de mille dollars nourri-log&eacute;&hellip; Il vous laissait approcher en vous regardant de ses yeux morts et vous plaquait les mains sur le visage, v&eacute;rifiant l&rsquo;ourl&eacute; des l&egrave;vres, l&rsquo;&eacute;patement du nez, le grain de la peau, le cr&eacute;pu des cheveux. Au moindre doute le vieux se mettait &agrave; hurler de d&eacute;go&ucirc;t. &laquo;&nbsp;Enfants de pute, virez-moi &ccedil;a, c&rsquo;est un Noir !&nbsp;&raquo; Le type y allait de sa protestation.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">&laquo;&nbsp;Non, monsieur, je vous jure&hellip;&nbsp;&raquo;<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">Mais &ccedil;a ne servait &agrave; rien. Il repartait plein d&rsquo;amertume, un billet de cent dollars scotch&eacute; sur la bouche, incapable de comprendre qu&rsquo;il &eacute;tait tomb&eacute; du bon c&ocirc;t&eacute; et que l&rsquo;horreur attendait les rescap&eacute;s surpay&eacute;s de la s&eacute;lection.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">L&rsquo;aveugle habitait un ch&acirc;teau construit &agrave; flanc de colline, &agrave; quelques kilom&egrave;tres de Westwood, et toute la communaut&eacute; vivait en compl&egrave;te autarcie sur les terres environnantes, cultivant le bl&eacute;, cuisant le pain, &eacute;levant le b&eacute;tail. Le vieux ne s&rsquo;autorisait qu&rsquo;un luxe&nbsp;: l&rsquo;op&eacute;ra et les cantatrices blanches qu&rsquo;il faisait venir chaque fin de semaine et qui braillaient toutes fen&ecirc;tres ouvertes, affolant la basse-cour.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">Il ne dormait pratiquement pas, comme si l&rsquo;obscurit&eacute; qui l&rsquo;accompagnait depuis sa naissance lui &eacute;pargnait la fatigue. Ses gens lui devaient vingt-quatre heures quotidiennes d&rsquo;all&eacute;geance. Le toubib vivait en &eacute;tat d&rsquo;urgence permanent et tenait gr&acirc;ce aux cocktails de <span>Valium<\/span> &nbsp;et de <span>Temesta<\/span> &nbsp;qu&rsquo;il s&rsquo;ingurgitait matin midi et soir. Le vieux prenait un malin plaisir &agrave; l&rsquo;asticoter, contestant ses diagnostics, refusant ses potions. Ces pers&eacute;cutions n&rsquo;emp&ecirc;ch&egrave;rent pas le docteur d&rsquo;avertir son patient de la d&eacute;couverte d&rsquo;un nouveau traitement qui parvenait &agrave; rendre la vue &agrave; certaines cat&eacute;gories d&rsquo;aveugles. Le vieux embaucha une douzaine d&rsquo;enqu&ecirc;teurs aryens et leurs investigations &eacute;tablirent que le proc&eacute;d&eacute; en question ne devait rien aux Noirs.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">On fit venir &agrave; grands frais la sommit&eacute; et son bloc op&eacute;ratoire. Le vieux se coucha de bonne gr&acirc;ce sur le billard et s&rsquo;endormit sous l&rsquo;effet du <span class=\"oneFootNote\" id=\"textFootNote7222\" data-id=\"7222\">Pentothal<sup>1<\/sup><\/span> . Il se r&eacute;veilla dans le noir absolu et demeura trois longs jours la t&ecirc;te band&eacute;e, ignorant si ses yeux voyaient ou non ses paupi&egrave;res.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">Le chirurgien retira enfin les pansements. Le vieux ouvrit prudemment les yeux et poussa un cri terrible. Un Noir &agrave; l&rsquo;air terrible lui faisait face. Il se tourna vers le chirurgien, terroris&eacute;.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">&laquo;&nbsp;Qu&rsquo;est-ce que &ccedil;a veut dire ! Foutez-le dehors&hellip;&nbsp;&raquo;<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">Le toubib, qui nettoyait les instruments, s&rsquo;approcha doucement de lui, posa la main sur son &eacute;paule et l&rsquo;obligea &agrave; regarder droit devant lui.<\/p>\n<p class=\"brevet-brevet-extrait\">&laquo;&nbsp;Alors il faut que vous sortiez&hellip; Ce que vous avez devant vous s&rsquo;appelle une glace, monsieur&nbsp;: ceci est votre reflet.&nbsp;&raquo;<\/p>\n<br \/><br \/><div class=\"footNoteArea\" style=\"display:none;\">&nbsp;<\/div>\n <div class=\"oneNoteFooterDef\" data-id=\"7222\" id=\"defFoot7222\">\n <span class=\"counter\">\n 1\n <\/span>\n <span class=\"definition\">\n Substance anesth&eacute;siante, qui est &eacute;galement un barbiturique utilis&eacute; comme &laquo;s&eacute;rum de v&eacute;rit&eacute;&raquo; par la police, les services sp&eacute;ciaux ou les militaires.\n <\/span>\n <\/div>\n ","title":"","complements":"","credits":"","credits2":"","license":"","source":"0","origine":"","caption":"<span class=\"g-n-ral-auteur\">Didier<\/span> <span class=\"g-n-ral-auteur\">Daeninckx<\/span>, &laquo;&nbsp;Le Reflet&nbsp;&raquo;, in <span class=\"g-n-ral-reference-source\">Main courante<\/span>, 1994, &Eacute;ditions Verdier","comments":""},"rubric_order":"39"}

 
 

Liste des exercices

Exercice N°1 - Première partie : questions
Exercice N°2 - Première partie : réécriture
Exercice N°3 - Première partie : dictée
Exercice N°4 - Deuxième partie : expression écrite

Exercice

Menu

Annotations du document

Annoter ce document
  • Ce document n'a pas d'annotation
Annoter ce document
  • Ce document n'a pas d'annotation
Annoter ce document
  • Ce document n'a pas d'annotation
  Remarques Actualités
Nous vous accompagnons pour découvrir nos ressources
Vous êtes nouveau sur lelivrescolaire.fr et vous souhaitez découvrir comment utiliser nos manuels numériques dans votre matière ?

Je suis là pour vous accompagner ! N'hésitez pas à me contacter :

- par téléphone au 01.55.25.75.00
- par mail à l'adresse penelope@lelivrescolaire.fr


Réponse rapide garantie :) 

A très bientôt !
Pénélope